Le chardon marie en phytothérapie et pour les troubles hépatobiliaires

Publié le : 24 mars 20237 mins de lecture

Chardon Marie est une plante répandue dans le centre-sud de l’Italie et dans les îles. Parties utilisées, comme la drogue se compose des sommités fleuries et des graines.

Les composants chimiques du chardon marie

  • Flavolignanes : ces composants forment un phytocomplexe appelé silymarine, constitué principalement de trois molécules : la silybine, la silycristine et la silydianine ;
  • Flavonoïdes : apigénine, quercétine, kaempférol ;
  • Tocoferols ;
  • Stérols : sitostérol, campestérol ;
  • Tannini ;
  • Substances amères ;
  • Amine : istamine, thiramine ;
  • Huiles : acides linoléique, oléique et palmitique.

Propriétés du Chardon Marie

La silymarine présente dans le chardon Marie a une action antioxydante et hépatoprotectrice, ce qui la rend indiquée dans les formes de souffrance hépatocellulaire d’origines diverses : accélère le processus de régénération du foie en augmentant l’activité métabolique des cellules hépatiques, stimule la synthèse des protéines, exerce une fonction défensive contre plusieurs substances hépatotoxiques, dont l’alcool.

Activité biologique

On attribue au chardon marie plusieurs propriétés, parmi lesquelles se distinguent notamment des propriétés hépatoprotectrices et antioxydantes. Plus en détail, ces activités sont attribuées à la silymarine contenue dans la plante. Plusieurs études cliniques ont confirmé les propriétés susmentionnées attribuées à la plante, de sorte que son utilisation a été officiellement approuvée pour le traitement des troubles hépatobiliaires. L’action hépatoprotectrice exercée par la silymarine s’exprime par différents mécanismes d’action. Tout d’abord, la silymarine, en particulier la silycristine et la silydianine qu’elle contient, est capable de protéger le foie des substances qui lui sont toxiques : comme l’alcool et les toxines en modifiant les membranes cellulaires des hépatocytes. Cette modification, en effet, empêche les substances toxiques et les toxines de pénétrer dans les cellules du foie. La silibine, quant à elle, exerce son action hépatoprotectrice en diminuant la production d’anions superoxydes par les cellules de Kupffer et en inhibant la synthèse des leucotriènes dans le foie. L’al silybine joue donc un rôle d’antioxydant et de piégeur de radicaux libres. La silymarine augmente également les niveaux hépatiques de glutathion : un important agent antioxydant endogène, diminue l’oxydation et stimule l’ARN polymérase I dans le noyau des hépatocytes, favorisant ainsi la régénération du foie. De nombreuses recherches ont été menées sur les propriétés susmentionnées de la silymarine, dont il ressort que cette substance est particulièrement efficace pour protéger le foie de l’action de différents types d’agents toxiques, tels que le thioacétamide, le tétrachlorure de carbone, la galactosamine, l’amanitine et la phalloïdine : ces deux dernières molécules sont présentes dans les fugitifs toxiques. En outre, une étude récente a également montré que la silybine et la silicristine sont capables d’exercer un effet protecteur sur les reins contre les dommages cellulaires causés par le paracétamol, la vincristine et le cisplatine, en augmentant le taux de prolifération, en stimulant la synthèse des protéines et de l’ADN et en augmentant l’activité de la lactate déshydrogénase dans les cellules rénales. Les fruits du chardon marie sont également utilisés en infusion pour le traitement, même à long terme, des troubles dyspeptiques légers : une utilisation qui a d’ailleurs été approuvée.

Le chardon-marie contre les troubles hépatobiliaires

Grâce aux propriétés antioxydantes et hépatoprotectrices de la silymarine et de ses composants présents dans le chardon-marie, cette plante peut être utilisée comme adjuvant dans le traitement des troubles hépatobiliaires, tels que : les lésions hépatiques causées par des agents toxiques, la cirrhose et les maladies inflammatoires chroniques du foie. Pour le traitement de ces troubles, le chardon marie est pris par voie interne, généralement sous forme d’extrait sec. La quantité de produit à prendre peut varier en fonction de la quantité de silymarine qu’il contient. À titre indicatif, certaines études ont montré qu’une dose quotidienne d’environ 140 à 420 mg de silymarine, à prendre en doses fractionnées, peut être efficace dans le traitement de ces troubles hépatiques.

Lorsque le chardon marie est utilisé à des fins thérapeutiques, il est essentiel d’utiliser des préparations définies et standardisées en termes de principes actifs : silymarine calculée en tant que silybine par rapport à la drogue séchée, car c’est la seule façon de connaître la quantité exacte de substances pharmacologiquement actives qui sont prises. Lors de l’utilisation de préparations à base de chardon-marie, les doses du produit à prendre peuvent varier en fonction de la quantité de silymarine contenue. Cette quantité, généralement, est indiquée directement par le fabricant sur l’emballage ou sur la notice du même produit, il est donc très important de suivre les indications fournies par celui-ci. Dans tous les cas, avant de prendre tout type de préparation contenant du chardon-marie à des fins thérapeutiques, il est préférable de consulter votre médecin au préalable.

Le chardon-marie en médecine populaire et en homéopathie

Les propriétés bénéfiques du chardon marie pour le foie sont connues depuis longtemps par la médecine populaire, qui utilise la plante : fruits et feuilles précisément pour le traitement des troubles hépatiques. En outre, le chardon marie est également utilisé comme antidote en cas d’empoisonnement par des champignons vénéneux du genre Amanita. Le chardon-marie est également utilisé en médecine homéopathique, où il est employé en cas de jaunisse, de colique biliaire, d’hépatite, de maux d’estomac, d’ulcères gastriques et d’insuffisances circulatoires veineuses. Le chardon marie comme remède homéopathique, généralement, vous pouvez le trouver sous forme de teinture mère, de gouttes ou de granules. La dose du remède à prendre peut varier d’un individu à l’autre, en fonction également du type de trouble à traiter et du type de préparation homéopathique et de dilution à utiliser.

Contre-indications

Le chardon marie est à éviter en cas d’hypersensibilité à un ou plusieurs composants, chez les patients souffrant de cardiopathie hypertensive : en raison de la présence de tyramine dans les graines et chez les patients souffrant d’obstruction des voies biliaires.

Interactions pharmacologiques

Le chardon marie peut établir des interactions médicamenteuses avec :

  • Métronidazole, car la prise concomitante de la plante ou de ses préparations peut diminuer son efficacité.
  • Aspirine, car le métabolisme du médicament est modifié par la prise simultanée de silymarine.

Soyez conscient que la silymarine contenue dans le chardon-marie peut activer les récepteurs d’œstrogènes.

Puis-je perdre du poids en utilisant un jacuzzi ?
Quels sont les risques liés à l’injection du botox sur le visage ?

Plan du site